3h30C’est avec lenteur et candeur Que je découvre à nouveau
La beauté de tes mots.
Et comme
Tout ce qui n’est pas donné
Est perdu
Et que je fuis toujours et encore L’aridité de ce monde,
Alors j’exprime ici l’amour
Que je leur porte.

Une veine criait tout à l’heure
Lorsque je suis rentrée,
Et pourtant…
Je n’ai pu laisser jaillir l’émotion.
Et comme les cœurs se parlent en silence
Alors Chut !
Pas de bruit,
Ni larmes de nuit,
Ni soupirs.
Rien que l’abandon de soi
Telle une âme en errance au fond d’un lit
Ou dans une baignoire…
Sublimation mortelle !
A faire pâlir les Cieux,
A défier les Dieux.

Mais c’est encore
Dans la baignoire,
Les yeux fermés,
Aux vapeurs blanches,
Au muet de mon intérieur
Que je trouve enfin mes mots
Pour honorer les tiens.
Et moi j’y crois…

(Dédié à Annie)

Laissez un avis

requis