C'est à l'Heure...

C’est à l’heure que la Terre s’endort
Que les mots en moi se réveillent
Pour danser sur mon clavier
Y chanter à tue-tête
S’entremêler au cours des phrases
Bruts, spontanément et sans emphase
Décousus comme des polissons
Pour exprimer mon émotion
Pour finir par se juxtaposer
Et s’ordonner paisiblement
En textes puis en chapitres
Et lorsque la rime s’y prête
Que l’expression se met en fête
S’achever même parfois en chansons
Avec légèreté et un brin de folie
Pour s’habiller de poésie
Et jusqu’au bout de la nuit…

C’est à l’heure que la Terre s’endort
Que les mots en moi guérissent
Quand les souvenirs grondant
Parfois mes démons ressurgissent
Transgressant les tiroirs de l’oubli
Se bousculant au portillon de mon esprit
Troublant à nouveau le repos de mes sens
Rompant ainsi mon sommeil
En une agitation intrinsèque
A ma prose et à mes vers
En une frénésie insatiable
Etirant la nuit jusqu’au petit matin
Tant qu’ils ne sont point couchés eux-mêmes
M’obligeant alors à les poser
M’interdisant l’inachevé
Revendiquant comme des stars
La volupté de mon regard
Et leur quête d’éternité…

C’est à l’heure que la Terre s’endort
Que les mots en moi s’émerveillent
Que ma muse se met à chanter
L’immortalité des choses
Dont se nourrit ma prose
Seule fée de mes rêves
Et déesse au royaume des songes
Comme dans une bulle
Et totalement hermétique
Au monde extérieur
Que nul ne peut crever
J’y exprime mes humeurs
Et je suis riche de ça !
Alors ne me parle pas
Je ne te répondrai pas
Car j’écris
Sans stylo, sans papier
Sans clavier même
Oui j’écris
Car je suis ivre de bonheur
Il fait nuit
Et ce n’est pas encore l’heure…

(Dédié à Daniel Bellon décédé le 11 mai 1987)

Laissez un avis

requis